Les Chimay

Ayant leur résidence principale à Chimay, la famille des « Allard » porta le nom du lieu (Chimay) à partir de la seconde moitié du XIe s. Les recherches archéologiques ont cependant montré que les « Chimay » étaient installés sur l’éperon castral dès le milieu du Xe s.
Les « Chimay » étaient une famille importante et possédaient leur propre chapitre religieux qui avait remplacé en 944 le monastère fondé par les « Erlebold ».

Ils ont fait l’histoire :

Quoiqu’en dise la tradition, les « Chimay » n’étaient pas de simple seigneurs (au sens de gestionnaire d’un domaine octroyé autrement dit d’un fief). En effet, ils avaient une autorité sur un territoire qui allait de Chimay jusqu’à la Meuse, comprenant Revin, Molhain, Couvin, Virelles, Pesche,… Ils y protégeaient les domaines d’abbayes ou de chapitres qui y possédaient des biens ou y étaient implantés; ils rendaient la justice ; ils contrôlaient cet espace d’un point de vue militaire.

Se sont succédé:

Allard Ier, premier dont on a conservé une possible mention textuelle vers 1030,
Allard II, mentionné à plusieurs reprises vers 1100, probablement le petit-fils de Allard Ier,
Allard III dit Pollière, cité en 1134
Gilles, cité de 1169 à 1186. Son père étant décédé alors qu’il était mineur, il fut élevé par Baudouin IV, comte de Hainaut
Allard IV, cité de 1190 à 1218, inhumé en la collégiale de Molhain
Roger, †1226, qui mourut sans descendance mâle
Sa fille Marie, épousa Jean de Soissons vers 1222…